Pour l’amour de Madagascar


La situation de cette Ile de l’Océan Indien, longtemps Royaume, sous influence anglaise à partir de 1883, puis sous administration française de 1896 à 1958, et enfin République, mais avec quatre changements de Constitution depuis son autonomie en 1960, est actuellement préoccupante. La grande pauvreté de la majorité de son peuple pousse sa jeunesse à des solutions de survie extrême telles que la délinquance, la prostitution et des tentatives dangereuses d’émigration. Mais à des milliers de kilomètres de là, un petit groupe de personnes, qui ne cesse de croître, ne l’oublie pas et surtout, agit.

Créée en 2003 par Achille Rajerison, originaire de Madagascar et citoyen de Meudon, l’association ASAS0A apporte sans relâche et avec passion son soutien aux populations délaissées de la Grande Ile. En effet, victime de crises économiques et politiques récurrentes, sans compter la corruption, classée 155ème sur 180 pays par l’ONG Transparency International, les inondations de 2014,2015 qui ont engendré la famine, l’épidémie de peste de 2017, ainsi que les ravages du Cyclone AVA en janvier 2018, de plus en plus de malgaches sont projetés dans un état de grande pauvreté, voire de mendicité dans les villes après avoir tout perdu dans leurs campagnes.

Pourtant, ce pays d’une grande beauté, riche de ressources minières convoitées par des compagnies étrangères, d’une flore et d’une faune dont certaines sont uniques au monde, lesquelles attirent un tourisme important, dispose de tous les atouts pour que chacun de ses enfants y vive dignement.

Partant de ce constat, l’association ASAS0A et son président résolument optimiste, ont déjà mis en place bien des actions afin de participer à son développement socio-culturel et économique. Ainsi, en binôme avec son pendant local, l’association SOAMA, et grâce à l’apport de bénévoles de la diaspora malgache et des touristes volontaires.

- Création en 2009 du Centre de Formation Professionnelle SAOMADA, avec le soutien de l’association Echanges Solidarités, le PRA/OSIM, la RATP et la Ville de Meudon. 600 jeunes ont ainsi été formés jusqu’à présent à l’informatique et aux métiers du développement durable (éco-guide), technologies de l’information et langues étrangères.
- Mise en valeur des produits locaux (vanille, cacao, épices, ylang-ylang, huiles essentielles, qui a notamment abouti au succès de la Chocolaterie Robert. Cette entreprise familiale, labellisée Ecocert, et dont la plantation se trouve à Ambanja, a été primée « Meilleur chocolat de l’année 2017 » au Salon du Chocolat de la Porte de Versailles. Ce travail de partenariat main dans la main perdure au bénéfice des jeunes qui trouveront également dans l’art de la chocolaterie des options d’avenir. Ainsi, le projet pour 2018 s’intitule : « Sur la route du Chocolat - Madagascar».
- Création en 2017 d’un Espace co-working, pôle de synergies et de compétences où se rencontrent les intellectuels et professionnels locaux avec ceux de la diaspora afin d’aider les jeunes à améliorer leur employabilité. Il s’agit en effet de trouver des solutions pour les jeunes diplômés qui ne trouvent pas de place au niveau de leurs compétences.

Car il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas pour l’association d’être dans une démarche d’assistanat mais bien de « donner le goût d’entreprendre » à ses protégés. Les entreprises locales sont trop rares et les sociétés étrangères arrivent souvent avec leur propre personnel. ASASOA s’est rapprochée du plan du gouvernement lequel, conscient de ce gâchis, a lancé une Campagne de Sensibilisation importante ; il a ainsi organisé, avec l’appui de ses Ministères de l’Industrie et du Tourisme le premier Forum de la Diaspora en 2017. Grâce à cette initiative, une formation en entreprenariat est déjà lancée dans l’espace du co-working.

Mais ce n’est pas tout. La générosité des membres d’ASASOA et de ses partenaires s’étend aussi aux enfants. Dans le cadre du projet 2018 « Sur la Route du Chocolat,Madagascar » les volontaires participant au voyage, en plus de se joindre aux travaux de rénovation du Centre SOAMADA, distribueront du matériel scolaires et de doudous ainsi que des équipements, aideront à rénover une crèche municipale et contribueront au lanceront d’une campagne d’alphabétisation numérique pour les petits qui intègrera notamment le renforcement du français.

Ensemble, on peut tout. Alors merci d’aimer Madagascar, car elle le vaut bien.


Natacha ANDERSON

Retourner à l'accueil